Pourquoi la publicité ciblée serait-elle un risque ?

Sep 28, 2019

La publicité sur internet est aujourd’hui personnalisée en fonction des centres d’intérêts, de l’orientation politique, sexuelle, des opinions de l’internaute. Cela veut dire que les grandes régies publicitaires (Google ou Facebook par exemple), décident grâce à leurs algorithmes ce que l’internaute verra ou ne verra pas. Ainsi, l’internaute ne verra durant sa navigation que des publicités pour des produits, des articles, des opinions qui sont en accord avec les siens. Il s’enfermera dans une « bulle numérique » ou tout est fait pour lui plaire (et pour qu’il clique). Cela pose un réel souci d’ouverture au monde, qui était pourtant le principe de base lors de la création d’internet.

De manière plus perverse, le ciblage publicitaire permet également d’influencer les opinions. En choisissant les messages et les cibles avec précisions, on peut facilement influencer une personne indécise ou alors radicaliser des opinions. Cela a été prouvé par le passé : Les élections législatives de 2014 en Inde, le référendum du Brexit en Grande-Bretagne, l’élection présidentielle de 2016 ont été biaisé par le jeu d’influence permis par la publicité ciblée. En l’utilisant de manière très poussée, des organisations ont réussi à orienter le choix des électeurs.

Il y a donc différents niveaux pour répondre à cette question : Au niveau individuel, la publicité ciblée vous influencera pour acheter un produit particulier. Elle influencera également vos opinions sur des sujets particuliers, même si vous ne vous en rendez pas compte. A l’échelle d’un pays, c’est donc la démocratie qui est en danger.

Prenons un exemple concret : Regardez ou likez sur YouTube ou Facebook une vidéo de chat mignon. Vous constaterez que YouTube ou Facebook vous proposerons désormais énormément de vidéo de « petit chat » ou « petit chien tout mignon ». Vous êtes désormais entré dans une spirale sans fin. Comme vous le savez et qu’une vidéo de chat n’est pas très importante, ce n’est pas grave. Mais imaginez désormais que des personnes vulnérables, comme vos enfants, découvrent une vidéo raciste, sexiste, complotiste, pornographique. L’acceptez-vous ?